All posts by Maryam Thirriard

Monitoring of publications

TOWARDS A POETICS OF LITERARY BIOGRAPHY
by Michael Benton
Palgrave Macmillan – Sept. 2015
ISBN 9781137549570

Drawing upon a wide range of biographies of literary subjects, from Shakespeare and Wordsworth to William Golding and V.S. Naipaul, this book develops a poetics of literary biography based on the triangular relationships of lives, works and times and how narrativeTowards a Poetics of Literary Biography operates in holding them together. Biography is seen as a hybrid
genre in which historical and fictional elements are imaginatively combined. It considers the roles of story-telling, factual data in the art of life-writing, and the literariness of its language. It includes a case study of the biography of Ellen Terry, discussion of the controversial relationship between a subject’s life and works, ‘biographical criticism’ and, through the issue of gender, the social and cultural changes biographies reflect. It frames a poetics on the basis of its strategy and tactics and demonstrates how the literal truth of verifiable data and the poetic truth of what is narrated are interdependent.

ON LIFE-WRITING
edited by Zachary Leader
Oxford University Press – Oct. 2015
ISBN 9780198704065

Life-writing’ is a generic term meant to encompass a range of writings about lives or parts of lives, or which provide materials out of which lives or parts of lives are composed. These writings include not only memoir, autobiography, biography, diaries,On Life-Writing autobiographical fiction, and biographical fiction, but letters, writs, wills, written anecdotes, depositions, marginalia, lyric poems, scientific and historical writings, and digital forms (including blogs, tweets, Facebook entries). On Life-Writing offers a sampling of
approaches to the study of life-writing, introducing readers to something of the range of forms the term encompasses, their changing fortunes and features, the notions of ‘life,’ ‘self’ and ‘story’ which help to explain these changing fortunes and features, recent
attempts to group forms, the permeability of the boundaries between forms, the moral problems raised by life-writing in all forms, but particularly in fictional forms, and the relations between life-writing and history, life-writing and psychoanalysis, life-writing and philosophy. The essays mostly focus on individual instances rather than fields, whether historical, theoretical or generic. Generalizations are grounded in particulars. For example, the role of the ‘life-changing encounter,’ a frequent trope in literary life-writing, is pondered by Hermione Lee through an account of a much-storied first meeting between the philosopher Isaiah Berlin and the Russian poet Anna Akhmatova; James Shapiro examines the history of the ‘cradle to grave’ life-narrative, as well as the potential distortions it breeds, by focusing on Shakespeare biography, in particular attempts to explain Shakespeare’s so-called ‘lost years’.

Salon du livre d’histoire de la ville de Versailles

Le salon Histoire de Lire est un événement de la ville de Versailles, présidée par Etienne de Montety.
Il a pour objectif, depuis sa création en 2008, de promouvoir des œuvres de grande qualité historique et accessibles à un large public. Il est ouvert aux différentes formes d’expression écrite (monographies, biographies, essais, mémoires apocryphes, récits, romans historiques, bandes dessinées…) Il accueille aussi bien des historiens déjà reconnus que de jeunes talents prometteurs. La vocation de ce salon est de rendre plus accessible et plus vivante une science encore trop réservée à des publics avertis et d’élargir ainsi son audience aux plus jeunes.

Élisabeth, la reine de fer (biographie)

Élisabeth, la rMoulin-Elisabetheine de fer

Joanny Moulin
Paris : Éditions du Cerf, 2015, 560 p.
ISBN-13 : 978-2204105620

Comment naquit, sous la main de fer d’une héritière improbable, l’Angleterre que nous connaissons ? Cette biographie-monde de Joanny Moulin restitue à la fois un personnage majeur de l’histoire et un moment clef de civilisation. Elle tisse dans le même récit la marche irrésistible d’une reine vierge vers le pouvoir absolu et l’ascension soutenue d’une puissance insulaire vers la domination planétaire. De l’Irlande aux Indes, d’Édimbourg à Istanbul, des officines de la City aux couloirs du Vatican, voici une fresque qui mêle querelles de successions et guerres de religions, emprisonnements et assassinats, révoltes paysannes et rivalités continentales sur fond de batailles terrestres et d’incendies maritimes. Ces hommes de talent que furent le corsaire Francis Drake, l’espion Francis Walsingham, le bourgeois Thomas Gresham, le théologien Thomas Parker, l’écrivain William Shakespeare ne firent-ils que servir le rêve de revanche de la fille d’Anne Boleyn, la souveraine décapitée, et d’Henry VIII, l’ogre monarque qui l’avait reniée ? N’est-ce pas au contraire parce qu’elle fut à la fois femme et politique incomparable qu’Élisabeth Tudor bâtit une nation si résolue à affirmer son indépendance qu’elle en fit pour le reste de l’Europe, et jusqu’à aujourd’hui, la « perfide Albion »?

Professeur de littérature anglaise à l’université de Aix-Marseille, spécialiste de la monarchie britannique, Joanny Moulin est notamment l’auteur de deux biographies remarquées, Victoria, reine d’un siècle et Élisabeth II, une reine dans l’histoire.

JOURNÉE D’ÉTUDES “ÉCRITURES BIOGRAPHIQUES”

27 mai 2016      

lerma-405x270LERMA (EA 853)IRASIA (UMR 7306)
MAISON DE LA RECHERCHE
Aix-Marseille Université
29, avenue Robert Schuman
13629, Aix-en-Provence

FÉDÉRATION CRISIS
Biography Practice and Theory

I – Programme

 

  1. 9h – 9h20             Ouverture                                                                               
    Panel 1                Modérateur : Joanny Moulin                                             

    9h20 – 9h40        Philippe Mioche (Pr, TELEMME, AMU-ALLSH) : « Quand trois patrons se racontent… »

    9h40 – 10h          Hans Renders (Biography Institute, Université de Groningue, Pays-Bas) : « Le Tournant biographique »

    10h – 10h20        Maryam Thirriard (Lerma, ED 354, AMU-ALLSH) : « Le pari de la Nouvelle biographie : rendre le fait créatif »

    10h20 – 10h40     Discussion

    Panel 2                Modératrice : Catherine Mazauric                                  

    11h – 11h20        Yannick Gouchan (Pr, CAER, AMU-ALLSH) : « Les formes du récit de vie dans la poésie italienne contemporaine »

    11h20 – 11h40     Jade Phuong Ngoc Nguyen (MDC, IRASIA, AMU-ALLSH) : « Tan Da : Un poète vietnamien début XXe »

    11h40 – 12h        François DUBOIS (IrAsia, ED 354, AMU-ALLSH), « Le personnage de Mo Yan dans l’œuvre de l’écrivain chinois Mo Yan »

    12h – 12h20         Discussion

    Panel 3                Modérateur : Philippe Mioche                                          

    14h – 14h20        Sophie Vallas (Pr, LERMA, AMU-ALLSH) « Jerome Charyn : entre biographie et autobiographie »

    14h20 – 14h40     DOAN Cam Thi (MCF, INALCO, Paris) : « Le genre autobiographique dans la littérature vietnamienne des XXe et XXIe  siècles »

    14h40 – 15h          Noël Dutrait (Pr, IrAsia, AMU-ALLSH) : « Autofiction chez Gao Xingjian »

    15h – 15h20         Discussion

    Panel 4                Modératrice : Jade Phuong Ngoc Nguyen            

    15h40 – 16h        Laurence Husson (CR1, CNRS, IrAsia, AMU-ALLSH) : « Récits de vie de migrants de l’Asie du Sud-Est »

    16h – 16h20         Alexis Nuselovici (Pr, CIELAM, AMU-ALLSH) « Le roman exilique: Allemagne, 1939 »

    16h20 – 16h40     Evelyne Toussaint (Pr, LESA, AMU-ALLSH) : « Art contemporain et écritures biographiques postcoloniales »

    16h40 – 17h         Discussion

    17h – 17h20         Clôture                                                                                    

II. Argumentaire:

Depuis plus décennies, mais de manière très marquée à l’époque actuelle, un “tournant biographique” s’est produit dans les humanités, qui se manifeste dans les travaux universitaires, mais aussi dans les pratiques culturelles, et en particulier dans les littératures et les arts contemporains. Le phénomène ne se limite ni à certaines disciplines des humanités, ni à certaines aires géographiques, mais semble bien avoir une dimension globale qui a tout à voir avec l’esprit du temps. Dans les universités, cela s’est traduit par un regain d’intérêt pour l’étude des genres de la biographie, de l’autobiographie, de la fiction, de l’autofiction, de la biofiction et du biopic, mais aussi par l’usage important qui est fait des récits de vie dans plusieurs sciences humaines comme la psychologie, la sociologie et l’anthropologie, mais encore par le fort attrait de certains historiens pour l’histoire des individus, dans le sillage du mouvement de la microhistoire et d’autres encore qui cherchent à explorer d’autres voies que celles de la longue durée. Dans le monde anglophone en particulier, le “life writing” a émergé comme une discipline universitaire à part entière, avec ses laboratoires de recherche, ses structures d’enseignement, ses revues et ses sociétés savantes. Dans une certaine mesure, ce tournant biographique est un retournement ou un dépassement du “tournant linguistique” qui des décennies antérieures (voir Richard Rorty, The Linguistic Turn. Essays in Philosophical Method, Chicago: University of Chicago Press, 1967).

C’est d’abord en Chine, à l’université de Pékin, qu’a été fondée en 1999 l’IABA (International AutoBiography Association) dont s’est constituée en 2009 la branche Européenne IABA-Europe. Parmi les structures très actives dans ce champ de recherche émergent au niveau international, citons entre autres le Biografie Instituut de l’université de Groningen, le Ludwig Botzman Center de Vienne, The Oxford Centre for Life-Writing, Leon Levy Centre for Biography de la City University de New York, mais aussi le Center for Biographical Research  de l’université de Hawaï et sa revue interdisciplinaire Biography, et encore la Biographers International Organization (BIO), dont les activités constituent un lien précieux entre universités et société civile.

Dans le monde extra-universitaire des productions culturelles, un puissant tropisme biographique, tout particulièrement dans la littérature, avec le développement de ce qu’on appellera ici au sens large les biofictions: (auto)biographies fictionnelles et/ou fictions (auto)biographiques. Voir, entre de nombreux autres exemples remarquables, la Revue des Sciences humaines, 263.3 (2001), ou bien Les nouvelles écritures biographiques (eds R. Dion & F. Regard, Paris: ENS Éditions, 2013). Le phénomène est l’équivalent littéraire de  l’essor qu’à pris le biopic (film biographique fictionnel ou documentaire) dans le cinéma et la télévision.

Le développement de l’internet et plus généralement des humanités numériques (HN) offre une résonance planétaire et des moyens d’expression démocratiques à cette de libido biographica, avec le développement en ligne de dictionnaires biographiques institutionnels (voir au Royaume-Uni le DNB, Dictionary of National Biography, et ses homologues dans d’autres pays), ou plus populaires (Wikipedia), mais aussi les blogs et pages personnelles des réseaux sociaux, etc. Les pratiques collaboratives qui caractérisent les humanités numériques et la nature très évolutive de leurs productions multimédias rétroagissent sur les écritures biographiques culturelles et universitaires, dont elles modifient les moyens et les méthodes (data mining, ressources en ligne, édition numérique, etc.)

Les études biographiques, qui dans le monde universitaire se donnent pour objet les écritures biographiques sous leurs diverses formes, sont en train de se constituer comme un champ émergent, pluridisciplinaire et très dynamique. Au sein de la Faculté AMU-ALLSH AMU, dans plusieurs disciplines des Humanités, des enseignants chercheurs se tournent vers les écritures biographiques comme objet ou pratique de recherche, avec des méthodes et des approches qui leur sont propres et qui se caractérisent par une riche diversité. Cette journée d’étude a pour  objectif de  faire  rencontrer ces chercheurs, afin de rendre visible les grands axes d’une dynamique de recherche commune, dans la perspective de déboucher prochainement sur des projets collaboratifs plus ambitieux.

La nature même du projet est de préserver avant tout une grande ouverture . Néanmoins, certaines thématiques fédératrices s’imposent d’elles-mêmes. Un grand nombre de communications aborderont les rapports entre fiction et non-fiction,  ou la façon dont les écritures biographiques renouent des liens entre les humanités et le monde vivant ( ??). Réflexions sur la temporalité humaine, soifs individuelles d’histoire et d’historiographie, qui s’interrogent sur la manière dont le passé et la façon dont on l’écrit éclairent le présent et le futur, par diverses mises en actes de ce que Paul Ricoeur appelle “mimésis création”. Productions littéraires et artistiques qui renouent avec leurs lecteurs et leur public en “écrivant des vies”, c’est-à-dire en proposant des œuvres qui nourrissent et éclairent la vie actuelle comprise comme exploration de l’espace des possibles. Ce sont par exemple des récits de migrants qui font par nécessité ou stratégie le récit de leur vie, et dont la migration même se conçoit à bien des égards comme l’écriture d’un avenir possible. Éléments d’investigation sur la manière dont les écritures biographiques sont l’un des biais par lesquels les Humanités universitaires tissent de nouveau liens avec la vie de la société.

La diversité relativement forte des participants, en terme de particularités disciplinaires aussi bien que d’aires culturelles de spécialité, est tout à la fois une difficulté qu’il faut surmonter et ce qui, outre l’aspect innovant que présente en soi la notion d’écritures biographiques, fait le principal intérêt de cette journée d’études, qui vise à rapprocher des chercheurs dont les travaux et préoccupations sont  convergents  mais trop souvent cloisonnés. C’est pour cette raison que les organisateurs proposent que La journée d’études se déroulera selon le principe de panels successifs de trois ou quatre intervenants, qui ne liront pas leur communication in extenso, mais en présenteront les points forts en 15 minutes maximum, de manière à favoriser les échanges avec l’auditoire sous forme de questions et réponses. La démarche vise à dégager et animer une dynamique transdisciplinaire, qui tirerait sa force de la conjugaison d’énergies multiples.

The “New Biography” Movement

A DOCTORAL PROJECT ON MODERNIST BIOGRAPHY IN PERSPECTIVE

Posted by Maryam Thirriard, doctoral student in English Literature at Aix-Marseille Université, ALLSH Faculty.

(voir plus bas pour texte en français)

The “New Biography” Movement: Virginia Woolf, Lytton Strachey, Harold Nicolson and André Maurois.

  Studies on Modernism have generally been restricted by the overshadowing dogma of “impersonality” but recent publications, such as Max Saunder’s  Self Impression: Life-Writing, Autobiografiction, & the Forms of Modern Literature (OUF, 2010), have begun to open the way to reassessing of the importance of life-writing in the works of the Modernists. My doctoral project aims at furthering the understanding of Modernist biography as it developed in the 1920s and 1930s as well as assessing its impact on the developments of biography writing and general literature.

   This PhD research project follows on from my MA dissertation in English Literature at Aix-Marseille Université, which focused on the elements of biography writing used by Virginia Woolf in her fictional biography of Vita Sackville-West, Orlando (1928). Woolf is also the author of two other biographical studies, Flush: A Biography and Roger Fry.  I wish to study the techniques used in Modernist biography by focusing on Virginia Woolf’s works and publications on biography as well as those of three other authors: Lytton Strachey (Eminent Victorians, Queen Victoria, Elizabeth and Essex, Portraits in Miniature…), Harold Nicolson (Paul Verlaine, Tennyson, Byron: The Last Journey, Swinburne, Some People,…) and André Maurois (Ariel ou La Vie de Shelly, La Vie de Disraeli, Don Juan ou La Vie de Byron, Edouard VII et son temps,…).

   All four writers experimented with new approaches to writing biography and Woolf brought them together in what she called “the new school of biographies”, as stated in her essay “The New Biography” (1927). The dynamic discussion these authors animated in the 20s and 30s will, I believe, reveal the existence of a movement or consensus among biographers and I shall argue that this group of writers, all linked to “new biography”, had a crucial impact on the development of biography as a literary genre at that particular time in the history of literature and that they have also affected more recent biography writing.

   Another and connected aspect of my research will concern biography as an academic field of study, a field still in its early stages, as is the generic theorisation of biography.  Within this I have chosen one major component to focus on: the Self; and I aim to adopt a transversal and comparative approach to bring out generic concepts regarding the Self in biographical narratives, which I believe will have general relevance to the study of biographical work of other authors and periods. Defining the nature of the Modernist Self will fuel an essential reflection on the strategies engaged in unfolding the subject in these biographical narratives. This will lead to studying the narrative construction of these texts, their modes of representation as well as the relation between biography and fiction.

   For methodology I plan to adopt a bottom-up approach, confronting the theory and praxis of these authors as exemplified in their work and publications. As well as relying on the theories produced in the twentieth century by the French theorists or biography specialists such as Leon Edel, I intend to refer to twenty-first century research emanating from what has become known as “the biographical turn”, and would include the fields of New Historicism and Reception theory.

Le Mouvement de la “Nouvelle Biographie” : Virginia Woolf, Lytton Strachey, Harold Nicolson et André Maurois.

   En confrontant théorie et praxis de quatre biographes modernistes de l’entre-deux-guerres, Virginia Woolf, Lytton Strachey, Harold Nicolson et André Maurois, ce projet propose une réflexion sur le genre de la biographie, son évolution radicale à ce moment-là de l’histoire de la littérature et son impact sur la littérature générale et comparée. La recherche se focalisera plus particulièrement sur les problématiques du sujet biographique.

   Cette recherche établirait bien plus que l’existence d’un mouvement de biographes –peut-être le premier dans son genre : d’une part il révélerait l’envergure de la biographie dite « nouvelle » dans l’œuvre moderniste et, d’autre part, il contribuerait à la théorisation générale du sujet biographique, notamment en relation avec les constructions narratives. L’étude vise aussi à conceptualiser et théoriser le sujet tel qu’il est perçu et pratiqué par ces “nouveaux biographes”.

   A partir du constat de l’importance des écritures biographiques chez les modernistes dans l’entre-deux-guerres et de la place qu’occupe plus spécifiquement la biographie sur cette scène littéraire, il s’agira d’étudier la nature de ce groupement particulier d’auteurs et ce qui les lie sur le plan de la théorie et de la pratique. Ceci nous mènera nécessairement à développer une réflexion sur la nature et les problématiques relatives au sujet moderniste qui pourra ensuite étayer l’analyse des choix stratégiques mis en œuvre par nos auteurs pour construire et déployer le sujet dans leurs biographies. Une attention particulière sera accordée à l’étude des constructions narratives, la relation entre biographie et fiction ainsi que les modes de représentation. Cette recherche s’inscrit dans une perspective comparatiste transversale qui contribuera, d’une part, à théoriser le sujet biographique en mettant en évidence les angles approches les plus à même de l’appréhender et le cerner ; d’autre part, à proposer une méthode d’approche et d’analyse pouvant servir de façon générique à la conceptualisation d’un élément propre à la biographie –  ici le sujet et son déploiement dans la narration biographique.

   Comme il s’agit de proposer une contribution au champ émergent des études biographiques, cette recherche mobilisera en priorité les travaux théoriques d’auteurs qui ont contribué de manière significative à la conceptualisation de la biographie depuis le début du XXe siècle. Cela impliquera également une mise en pratique des résultats du « tournant biographique » qui s’est produit dans les Humanités, dans le sillage du nouvel historicisme et des théories de la réception en particulier.