Category Archives: Publications

“Based upon a Life”: The Biopic Genre in Question

See original image

vol. XIV-n°2 | 2016

“Based upon a Life”: The Biopic Genre in Question

« Inspiré d’une vie » : le genre biopic en question

Edited by Delphine Letort and Taïna Tuhkunen.

 

While George F. Custen defines a biopic (biographical film) as a depiction of “the life of a historical person, past or present” (Bio/Pics, How Hollywood Constructed Public History, 1992, 5), he also considers the impact of celebrities and stars as “key historical figures” whose public persona may interfere with the genre’s historical discourse. More recently, Ellen Cheshire has asked if this “maligned and misunderstood genre” is, in reality, a genre of its own (Bio-Pics: A Life in Pictures, 2015, 3). Biopics have indeed sparked off a number of on-going debates, not merely due to their claims of veracity, but through their practice of gender politics, intertextuality, reflexivity, and their hagiographic roots capable of impacting the narrative modes, visual and discursive strategies perpetuated by contemporary “life stories” on screen. This issue of Revue LISA/LISA e-journal explores the various mechanisms, conventions and patterns underlying the construction of “exceptional destinies” on screen (cinema/television).

Contents:
  • Delphine Letort and Taïna Tuhkunen
    « Inspiré d’une vie » : le genre biopic en question
    “Based upon a Life”: The Biopic Genre in Question
  • Joanny Moulin
    Biophoty: The Biofilm in Biography Theory
    La biophotie : le biofilm dans la théorie de la biographie
  • Rémi Fontanel
    Le biopic du sportif américain
    American Sports Biopics
  • Delphine Letort
    Flirting with Controversy: Making Biopics about Truman Capote
    Flirter avec la controverse : les biopics sur Truman Capote
  • Jules Sandeau
    Katharine Hepburn en reine de cœur : Mary of Scotland (John Ford, 1936)
    Katharine Hepburn as Queen of Hearts: Mary of Scotland (John Ford, 1936)
  • Claire Demoulin
    Les biopics d’hommes politiques : des « films de discours » ? Croisements esthétiques, rhétoriques et politiques autour du film Le Discours d’un roi
    Political Biopics as Films of Speeches: aesthetic, rhetorical and political discussions around The King’s Speech
  • Hélène Charlery
    HBO’s Black Women Artist Biopics: The Josephine Baker Story and Introducing Dorothy Dandridge
    Les biopics de HBO sur les artistes noires américaines : The Josephine Baker Story et Introducing Dorothy Dandridge
  • Nicole Cloarec
    The Secret Life of Secret Agents: Alan Bennett and John Schlesinger’s An Englishman Abroad (1983) and A Question of Attribution (1991)
    La vie secrète des agents doubles : An Englishman Abroad (1983) et A Question of Attribution (1991) d’Alan Bennett et John Schlesinger
    Varia:
    • Olivier Richomme
      La fin de la diversité ? Démantèlement jurisprudentiel du Voting Rights Act aux États-Unis
      The End of Diversity? Jurisprudential Deconstruction of the 1965 Voting Rights Act in the US
Revue LISA / LISA e-journal is a bilingual peer-reviewed international on-line publication. LISA welcomes researchers from France and abroad ‎who are interested in pluri-, trans- or inter- disciplinary studies in fields including cultural ‎studies, literature, philosophy or the history of ideas, the visual arts, music, media studies, ‎sociology, history and anthropology within the English-speaking world although comparative ‎studies with other geographical areas will also be considered.

The Biographical Turn: Lives in History – H.Renders, B. de Haan, J. Harmsma.

Edited by Hans Renders, Binne de Haan, Jonne Harmsma
222 pages
© 2017 – Routledge

Paperback: 9781138939714
pub: 2016-09-28
Hardback: 9781138939707
pub: 2016-09-26

 

The Biographical Turn showcases the latest research through which the field of biography is being explored. Fifteen leading scholars in the field present the biographical perspective as a scholarly research methodology, investigating the consequences of this bottom-up approach and illuminating its value for different disciplines.

While biography has been on the rise in academia since the 1980s, this volume highlights the theoretical implications of the biographical turn that is changing the humanities. Chapters cover subjects such as gender, religion, race, new media and microhistory, presenting biography as a research methodology suited not only for historians but also for explorations in areas including literature studies, sociology, economics and politics. By emphasizing agency, the use of primary sources and the critical analysis of context and historiography, this book demonstrates how biography can function as a scholarly methodology for a wide range of topics and fields of research.

International in scope, The Biographical Turn emphasizes that the individual can have a lasting impact on the past and that lives that are now forgotten can be as important for the historical narrative as the biographies of kings and presidents. It is a valuable resource for all students of biography, history and historical theory.

Table of Contents

Acknowledgements

List of contributors

Introduction

1 The Biographical Turn: Biography as Critical Method in the Humanities and in Society

Hans Renders, Binne de Haan and Jonne Harmsma

 

Section 1: The Biographical Turn in the Humanities

2 Biography as Corrective

Nigel Hamilton

3 The Plurality of the Past: Historical Time and the Rediscovery of Biography

Sabina Loriga

4 The Life Is Never Over: Biography as a Microhistorical Approach

Sigurður Gylfi Magnússon

5 Personalized History: Biofiction, Source Criticism and the Topicality of Biography

Binne de Haan

6 The Life Effect: Literature Studies and the Biographical Perspective

Joanny Moulin

7 Biography as a Concept of Thought: On the Premises of Biographical Research and Narrative

Christian Klein

 

Section 2: The Biographical Turn in Fields of Knowledge

8 Biographies as Multipliers: The First World War as Turning Point in the Lives of Modernist Artists

Hans Renders and Sjoerd van Faassen

9 ‘Honest Politics’: A Biographical Perspective on Economic Expertise as a Political Style

Jonne Harmsma

10 Rediscovering Agency in the Atlantic: A Biographical Approach Linking Entrepreneurial Spirit and Overseas Companies

Kaarle Wirta

11 Building Bridges to Past Centuries: Religion and Empathy in Early Modern Biography

Enny de Bruijn

12 Palatable and Unpalatable Leaders: Apartheid and Post-Apartheid Afrikaner Biography

Lindie Koorts

 

Section 3: The Biographical Turn in Academia and Society

13 Biography Is Not A Selfie: Authorization as the Creeping Transition from Autobiography to Biography

Hans Renders

14 What Are We Turning From? Research and Ideology in Biography and Life Writing

Craig Howes

15 Liberation From Low Dark Space: Biography Beside and Beyond the Academy

Carl Rollyson

16 From Academic Historian to Popular Biographer: Musings on the Practical Poetics of Biography

Debby Applegate

 

Bibliography

Index

Hans Renders on Life-Writing: Interview for Journal of Life-Writing Studies – Shanghai Jiao Tong University

Journal of Life-Writing Studies – Shanghai Jiao Tong University, No.6, Spring 2016.

Extract:

“Hans Renders presents a new look in the area of Life Writing Studies in China. In the Chinese academia, there have been few scholarships on European life studies; there have been unproportionate historians among the practitioners, a body that is built up mostly by literary scholars. For both reasons Professor Hans Renders’s view on biography and the development of life writing studies in Holland is valuable to the Chinese scholars. Our email interview with Hans Renders took place in October, 2015…”

View full article (redirecting to Biography Institute’s website): http://www.rug.nl/research/biografie-instituut/interview-journal-of-modern-life-writing-studies.pdf

hans-renders-portrait

Hans Renders is Professor in History and Theory of biography and is Director of the Biography Institute, both at the University of Groningen, the Netherlands. He was a member of the founding committee of Biographers International Organization (bio). He wrote two biographies, about the Dutch poet Jan Hanlo (1998) and the Dutch journalist and author Jan Campert (2004). He is editor of the Biographical Studies series and the editor in chief of a series of edited reprints of Dutch and foreign biographies. He has published studies on the theme of biography in various international journals, among them Journal of Historical Biography, Le Temps des Medias and Storia della Storiografia, and is a member of the board of Quaerendo, a journal devoted to manuscripts and printed books. He published with Binne de Haan the edited volume Theoretical Discussions of Biography: Approaches from History, Microhistory, and Life Writing (2014). He is co-founder and Vice-president of the Société de Biographie/Biography Society, and a member of the jury for the American biography prize, the Plutarch Award (source: Journal of Life-Writing Studies).

NIGEL HAMILTON – Commander in Chief: FDR’s Battle with Churchill, 1943

 

CoverAuthor: Nigel Hamilton

Houghton Mifflin Harcourt
June 7, 2016
ISBN-10: 0544279115
ISBN-13: 978-0544279117
480 pages
27.99 euros

 

 

(Courtesy of the Biography Institute website)

Although many biographies have been written about Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), they have largely ignored or dismissed his command of all U.S. Armed Forces throughout the global conflict we call the Second World War.

Since the role of Commander in Chief in peace and war is one of the essential tasks of a U.S. President – mandated by its Constitution – and since that role has been exercised with both success and failure over the past seventy years of American global hegemony since his death, this dearth is a surprising gap in our biographical understanding and knowledge. Was America’s military victory in World War II only attributable to its generals and admirals – men like Marshall, MacArthur, Leahy, Arnold, King, Nimitz, Eisenhower, Patton and Bradley? Was Churchill really the architect and strategic mastermind behind the Allied winning of the war – as Churchill painted his own performance in his great six-volume memoir, The Second World War, which helped win him the Nobel Prize for Literature after the war?

Clearly, the death of Franklin Roosevelt from a cerebral hemorrhage on April 12, 1945, several weeks before the fall of Adolf Hitler, was a calamity for his biography as the dominant military leader of the western Allies, for the President had fully intended to write his war memoirs, and had already begun assembling the materials. He had, after all, rallied his country after defeat at Pearl Harbor on December 7, 1941, and had been the ultimate figure responsible for turning that misfortune into military victory – victory that then permitted the United States to become the world’s foremost postwar superpower, for good and ill.

This biography seeks to re-examine and more deeply research the character, modus operandi, decisions, relationships and true role of Franklin Delano Roosevelt – who often called himself an ‘obstinate old Dutchman’ – as U.S. Commander in Chief of the Armed Forces of the United States in World War II.

…Read more (redirecting to the Biography Institute website)

Also listen to Public Radio of New Orleans:

The Reading Life With Nigel Hamilton

JUN 21, 2016

image001
Nigel Hamilton is also the author of
The Mantle of Command: FDR at War, 1941-1942
Houghton Mifflin Harcourt, 2014.

Publication : Signés Malraux : André Malraux et la question biographique

(English below)                

sous la direction de
Martine Boyer-Weinmann
et Jean-Louis Jeannelle

 

M. Boyer-Weinmann et J.-L. Jeannelle (dir.), Signés Malraux. André Malraux et la question biographique

Paris, Classiques Garnier, coll. Rencontres, 2016, 359 pages, 39 €
EAN : 9782812450983

Ces dernières années, de nombreuses publications ont éclairé d’un nouveau jour la puissance contemporaine du « mythe André Malraux ». N’est-ce pas lui qui décela dans Néocritique que l’individu avait atteint son apogée au xixe siècle (« de Rousseau à Napoléon, de Napoléon à Zarathustra, de celui-ci à Barrès et à Gide »), et diagnostiqua que, « soufflé par la bombe atomique », celui-ci se dissipait « en nous léguant la biographie » ? Cette réflexion collective est placée sous le signe intellectuellement complice de Jean-François Lyotard et de son Signé Malraux. Est ici interrogé le rapport éminemment contradictoire, fait de fascination et de répulsion, que Malraux entretint à la question biographique, et la passion plus ambiguë encore que sa propre existence n’a cessé d’alimenter, au risque souvent de masquer la complexité de son œuvre littéraire. 

Martine Boyer-Weinmann, professeur de littérature à l’université Lumière Lyon 2, dirige l’équipe de recherche « Passages XX-XXI ». Elle est l’auteur de La Relation biographique (Seyssel, 2005) et de Vieillir, dit-elle (Seyssel, 2013).

Jean-Louis Jeannelle, professeur à l’université de Rouen et membre de l’IUF, a publiéMalraux, mémoire et métamorphose (Paris, 2006) et Films sans images : une histoire des scénarios non réalisés de « La Condition humaine » (Paris, 2015). 

(English)
Publisher’s presentation – Classiques Garnier
Echoing Signé Malraux by Jean-François Lyotard, this collection explores Malraux’s eminently contradictory rapport, made up of fascination and repulsion, with the biographical question and the still more ambiguous passion that his own existence continued to feed, often at the risk of masking the complexity of his literary œuvre.

Editors:

Martine Boyer-Weinmann, professor of Literature at Université Lumière Lyon 2, head of research program “Passages XX-XI”. Author of La Relation biographique (Seyssel, 2005) and of Vieillir, dit-elle (Seyssel, 2013).

Jean-Louis Jeannelle, professor at Université de Rouen, member of IUF (Institut Universitaire de France). Author of Malraux, mémoire et métamorphose (Paris, 2006) and of Films sans images : une histoire des scénarios non réalisés de « La Condition humaine » (Paris, 2015). 

                    TABLE DES MATIÈRES/ TABLE OF CONTENT

Martine Boyer-Weinmann et Jean-Louis Jeannelle :  Introduction 

CONSIGNER : NOEUDS BIOGRAPHIQUES

Jean-Claude Larrat : Malraux et son mythe (ou) Comment un écrivain échappa à sa biographie.

Si André Malraux découragea les intellectuels des années 1930 d’enquêter sur sa biographie, c’est parce que, chez beaucoup d’entre eux, le désir de mythes socialement efficaces l’emportait alors sur le désir de vérité historique. Mais dès 1933, André Malraux participe personnellement à la vie politique française et gage ainsi ses romans sur son action publique : il abandonne alors le dispositif fictionnel, grâce auquel il avait écarté, dans ses premiers romans, le regard biographisant.

– Gisèle Sapiro : Malraux entre champ littéraire et champ politique. 

La trajectoire d’André Malraux, écrivain devenu ministre de la Culture, est révélatrice de l’évolution des rapports entre champ littéraire et champ politique de 1920 à 1960. Elle dénote la politisation du champ littéraire et la constitution de la culture comme catégorie d’intervention publique. Ses compétences sur les cultures asiatiques et sa promotion du relativisme culturel, se trouvent reconverties dans le champ politique après la guerre.

– David Pettersen : Années 1930, la croisée des chemins. Lectures auto/biographiques et fictions polémiques.

Cet article s’appuie sur la multibiographie de Maurice Serra, Les Frères séparés(Paris, 2008), pour analyser le dandysme dans les romans politiques publiés durant les années 1930 par André Malraux, Pierre Drieu La Rochelle et Louis Aragon. Il repère les échos, les lectures, et les critiques réciproques entre ces trois « frères » et montre de quelle manière la mise en scène du dandysme conduit à réfléchir sur les liens entre engagement et écriture, et sur la valeur de la littérature.

– Hélène Baty-Delalande : Malraux/Drieu. « Faire époque » ? 

La référence à Drieu nourrit ou altère le propos biographique sur Malraux. Consonance tragique de deux vies, résonance troublante des parcours, malgré la dissonance évidente des choix éthiques et politiques, aux yeux des critiques et des biographes, reconnaissances équivoques de Drieu lecteur de Malraux : ces diverses façons de les rapprocher contribuent à la remythification paradoxale de chacun d’eux, promus ennemis chevaleresques ou hérauts contradictoires d’une génération perdue.

– Jacques Lecarme : La réduction au biographique. 

« Tomber sous le coup d’une biographie », c’est la hantise des héros d’André Malraux qui ne veulent pas s’y laisser réduire. Avec le livre posthume sur Thomas Edward Lawrence, Le Démon de l’absolu, André Malraux signe sa seule biographie. Cet article compare l’entreprise biographique de Malraux et les mémoires de Thomas Edward Lawrence, Les Sept piliers de la sagesse et montre que la biographie, comme genre, reste inférieure aux mémoires ; et la troisième personne à la première.

ASSIGNER : MALRAUX ET SES BIOGRAPHES

– Jonathan Barkate : Les témoins de Malraux.

Fasciné par André Malraux, son entourage a longtemps donné de lui une image mythique, confortée par l’écrivain lui-même dans son projet antimémorial. La typologie des témoins dans le temps dessine quatre périodes et révèle que le mythe ébauché dès les années 1940 s’est affirmé jusqu’après la mort d’André Malraux, bien que celle-ci ait libéré la parole de certains proches et marqué le début de la démythification.

– Lucas Demurger : La haine André Malraux. Rhétorique de l’antimalrucianisme après 1947.

Si tout au long de sa carrière André Malraux a suscité bien des admirations, il a également provoqué des manifestations de rejet haineux. La rhétorique de l’antimalrucianisme a ses thèmes et stéréotypes, ses théoriciens, ses variations idéologiques et ses déclinaisons plus contemporaines. Les différents textes évoqués esquissent ainsi une « contre-biographie » d’André Malraux, rivale aussi bien du discours hagiographique que des textes composant Le Miroir des limbes.

– Claude Travi : Quelle biographie pour l’artiste ?

Dans un texte de 1951 consacré à Jean Fautrier, André Malraux constatait : « Les biographies des artistes ne m’intéressent que par les événements – assez rares – qui modifient leur art. » Loin d’y voir une volonté de l’écrivain d’occulter son « petit tas de secrets », cet article développe le paradoxe qu’une biographie est le contraire de l’écriture, sauf si elle est imaginaire ou écrite par un autre artiste, et s’appuie sur l’exemple d’Octavio Paz écrivant celle de Sor Juana Inès de la Cruz.

– Dolorès Lyotard : L’hypothèse autographique de Jean-François Lyotard.

Quels arguments de pensée commandent la « biographie », Signé Malraux, donnée par Jean-François Lyotard ? Comment les « Quinze propositions pour une biographie de Malraux » dont il a accompagné son essai, éclairent-elles la genèse du livre ? Nous verrons que l’œuvre de Malraux obéit à un geste de signature, dit « autographe », réclamant que le corps de l’auteur soit appelé à vivre en ses limites, exige la vie contredite, voire sacrifiée puisque renommée sous la seule condition de ce que Malraux appelle création.

– Jean-Louis Jeannelle : Outre-tombe des Mémoires. 

La consultation des manuscrits de Signé Malraux révèle que Lyotard a écarté de sa biographie toute une réflexion sur la nature de son projet, inspirée desAntimémoires. Mon hypothèse est que le déséquilibre chronologique de Signé Malraux et son déplacement de différents enjeux théoriques dans Chambre sourderévèle chez Malraux une crise du mémorable ayant atteint son acmé dans les années 1970 et dont Le Miroir des limbes est à la fois l’expression et la résolution.

Annexe 1. Jean-François Lyotard, la mêlée : la guerre de Malraux.

Annexe 2. Jean-François Lyotard, quinze propositions pour une biographie de Malraux.

Annexe 3. Jean-François Lyotard, « La Vie de Malraux doit être lue comme recueil de légendes ».

CONTRE-SIGNER : MALRAUX BIOGRAPHE

– Laurent Douzou : « Tout commença par un mystère de légende ». Une relecture de l’oraison funèbre du 19 décembre 1964.

Puissante dans l’instant, restée vive dans la mémoire collective, l’oraison funèbre prononcée par André Malraux pour l’entrée de Jean Moulin au Panthéon, le 19 décembre 1964, est plus complexe qu’il y paraît. Cette éclatante commémoration fut, en réalité, aussi une cérémonie privée. Son ordonnancement comme la teneur du discours d’André Malraux peuvent être décryptés à un double niveau, celui d’une foule saisie par une rhétorique puissante, celui d’une poignée de compagnons réunis dans une intime communion.

– Nathalie Lemière-Delage : Le démon de la biographie. La tentation de T. E. Lawrence.

Cet article étudie cette tentative avortée que constitua Le Démon de l’absolu en s’attachant, d’une part, au biographé, avec un portrait nettement métaphysique ; d’autre part, au biographique, avec l’écriture de l’aventure lawrencienne, ainsi que la biographie en tant que genre spécifique, dont les contraintes furent analysées par André Malraux, puis rejetées parce qu’antithétiques à sa création. L’aporie sera dépassée par Antimémoires, qui doit beaucoup au Démon de l’absolu.

– Sylvie Howlett : « Pensez à ce que serait la biographie de Stavroguine ! ».

Pour justifier l’abandon du Démon de l’absolu, André Malraux ironise sur « ce que serait la biographie de Stavroguine ». Seul Dostoïevski aurait pu sublimer Les Sept Piliers et en faire le moteur d’une interrogation philosophique et compositionnelle. T.E. Lawrence se mue en personnage conceptuel et en idiot slave pour la fabrique du réel de la Révolte arabe. Ces concepts deleuziens éclairent la démarche de Malraux qui, par sa biofiction karamazovienne, trouve sa voix et la matrice d’Antimémoires.

– Myriam Sunnen : Les moutons de Giotto, la correspondance de Van Gogh et les pantoufles de Balzac. Malraux et les « vies d’artistes ». 

Après avoir montré à travers des passages de Néocritique que l’attitude de Malraux à l’égard de la biographie est moins négative qu’il ne l’a suggéré ailleurs, cet article se propose d’analyser la présence d’éléments biographiques dans les écrits esthétiques. Ils permettent en effet de comprendre les incompatibilités entre l’approche biographique de l’art et la conception malrucienne de la création, tout en témoignant de l’intérêt d’André Malraux pour certains aspects de la vie des grands peintres.

– Joël Loehr : « Le dernier Malraux ». 

« Une autre biographie va-t-elle se créer face à celle que nous connaissons ? », se demande André Malraux qui mesure l’échec de la biographie traditionnelle à l’heure où l’individu a été pulvérisé, le temps chronologique attaqué, l’ambition de totalisation périmée. Il a toujours récusé les philosophies du conditionnement qui soumettent l’œuvre à la vie. L’hétérobiographie qu’il appelle de ses vœux croise d’une part le genre immémorial du dialogue des morts, d’autre part le genre moderne du colloque.

Index des noms. 

Index des oeuvres.

Résumés/Abstracts.

(Source: Fabula.org – La Recherche en Littérature)